Avocat : nouvelle règle de domiciliation

L’installation d’un cabinet d’avocat doit se faire selon de nouvelles règles de domiciliation. En effet, le conseil national des barreaux a pris une décision relative à la domiciliation professionnelle de l’avocat.

Domicile professionnel de l’avocat

Conformément à la décision du 5 octobre 2011 portant réforme du règlement intérieur national de la profession d’avocat, l’avocat inscrit au tableau de l’ordre doit avoir un cabinet dans le ressort de son barreau, conforme aux usages et permettant l’exercice de son activité en respectant les principes clés de la profession. L’avocat peut être autorisé par le conseil de l’ordre, à titre temporaire, de fixer son domicile professionnel soit dans les locaux du cabinet d’au autre avocat dans le ressort du même barreau, soit au sein de locaux mis à disposition par l’ordre.

Une convention écrite doit être passée et fixer les modalités de mise à disposition des locaux ainsi que celles relatives à la transmission de communication et de courriers de l’avocat domicilié dans un des locaux suscités. Par ailleurs, la convention doit faire l’objet d’approbation par le conseil de l’ordre.

Ouverture de bureaux secondaires

Des dispositions nouvelles en matière de bureaux secondaire et de bureaux à l’étranger ont été prises. En effet, le bureau secondaire qui est une installation professionnelle permanente mais distincte du cabinet principal pour être ouvert en France comme à l’étranger en se conformant aux dispositions de l’article 8.2 de la loi du 31 décembre 1971.

<h1>Le speed business meeting, l’arrivée en France</h1>

Le concept du speed business meeting se développe et fait davantage d’adeptes. Aujourd’hui, nombre de sociétés d’envergure, de créateurs d’entreprises et de professionnels en tout genre recourent à cette méthode pour trouver les perles rares du métier.

 

Networking ou recrutement, le speed business meeting permet à tous les acteurs, qu’ils soient recruteurs, demandeurs d’emploi ou créateurs d’entreprises, de maximiser les chances de trouver le ou les collaborateurs, clients ou encore contacts correspondant à leurs besoins. Le temps alloué étant limité, faire bonne impression dès les premières minutes est un véritable challenge.

<h2>Si vous l’organisez</h2>

Le speed business meeting a pour objectif de briser la glace et d’établir le tout premier contact dans une ambiance certes professionnelle, mais surtout conviviale et décontractée. L’organisation des rencontres est par la suite définie par le nombre de participants et les possibilités d’aménagement qui se présentent. Si l’animateur ne dispose pas d’un espace conséquent, il sera possible de constituer des groupes de manière aléatoire et d’établir un ordre d’intervention pour que les personnes se présentent tour à tour dans le délai fixé. Dans un espace plus large, les participants pourront s’installer face à face à une table et établir un premier contact avec une personne à la fois.

<h2>Si vous y participez</h2>

D’une manière générale, le speed business meeting consiste à faire une première bonne impression devant de potentiels collaborateurs, clients ou encore recruteurs. Le temps alloué étant relativement court, quelques préparations s’imposent en amont de la séance proprement dite, notamment en ce qui concerne la présentation, qui doit être brève et concise, mais spontanée. Il faut également garder à l’esprit qu’il s’agit avant tout d’un échange et éviter de monopoliser la conversation. Lorsque l’interlocuteur prend la parole, il est important de l’écouter et de lui poser des questions en rebondissant sur ses propos. Par ailleurs, pour mettre toutes les chances de son côté, les outils relationnels, tels que les cartes de visite et les résumés de Curriculum Vitae, doivent être préparés à l’avance.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu